Il est certaines chansons à ne point chanter trop haut... A travers les murs de l'Opéra Garnier réside un air que tous murmurent et que nul ne chante : celui du Fantôme de l'Opéra... Qui sait de quelles sinistres partitions il sera l'auteur ?

 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...

Aller en bas 
AuteurMessage
Elswyn Zmeskall
~Altiste~
avatar

Nombre de messages : 392
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Alti
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Relations : .:Amours:.
Aucun
.:Amis:.
Elisabeth, plus qu'une amie, une soeur de coeur
.:Ennemis:.
Carlotta. Le fanty ?

Présentation : Fiche
Etats d'Âmes : Ici

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
900/2000  (900/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...   Mer 31 Déc - 17:55

Paris la Belle


Pou mieux comprendre Paris, au XIXème siècle, son histoire et ses moeurs, suivez le guide. Wink

Histoire de Paris
Moeurs de Paris


oOo


Dernière édition par Elswyn Zmeskall le Mer 31 Déc - 18:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elswyn Zmeskall
~Altiste~
avatar

Nombre de messages : 392
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Alti
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Relations : .:Amours:.
Aucun
.:Amis:.
Elisabeth, plus qu'une amie, une soeur de coeur
.:Ennemis:.
Carlotta. Le fanty ?

Présentation : Fiche
Etats d'Âmes : Ici

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
900/2000  (900/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...   Mer 31 Déc - 18:17

Histoire de Paris au XIXème siècle



Passé les périodes troubles de la Révolution Française et la fin de la monarchie absolue, Paris qui fût le théâtre d'évènements majeurs, reprenait sa place de Capital de la France, grâce à Napoléon Bonaparte qui décida, dès le début de son sacre d'Empereur, d'établir à Paris la capitale de son Empire. Il en fait rapidement la capitale de l'Europe, devant Rome, deuxième ville de l'Empire.

A la fin des guerres Napoléoniennes et le retour des Bourbons en 1815, Paris se renoua avec la croissance démographique. Avec environ 1 million d'habitants au milieu du siècle, mais la structure de la ville est restée cependant moyenâgeuse et par conséquent surpeuplée, insalubre et en proie aux épidémies, dont le choléra.

C'est sous le second Empire et sous l'impulsion de Napoléon III, dans les années 1850, que seront réalisés les grands travaux qui feront rentrer Paris dans une ère de modernité. La ville se dote alors de nouvelles infrastructures, l'urbanisme est totalement repensé afin d'améliorer la vie des habitants : réseau d'eau potable, et réseau d'égouts depuis les deux grands bois de Boulogne et de Vincennes, jusqu'aux petits squares aérant chaque quartier, en passant par les parcs des Buttes-Chaumont et de Montsouris, disparition de nombreux quartiers insalubres et construction de larges avenues palliant les importants problèmes de circulation, ainsi qu'apparition de somptueux monuments tels que l'Opéra Garnier, le Louvre dans son aspect actuel et le Palais des Tuileries (aujourd'hui disparu) et enfin de nombreux parcs et jardins. Le nom du Baron Haussmann deviendra alors l'emblème du renouveau de ville de Paris.

Un léger ralentissement se fait toutefois ressentir dan cette modernisation vers 1870 : lors de la Guerre franco-allemande de 1870, Paris est assiégée pendant plusieurs mois mais n'est pas prise par les armées prussiennes. Refusant l'armistice signé le 26 janvier 1871, et suite aux élections de février qui portent au pouvoir des royalistes désireux de mettre fin à la guerre, les Parisiens s'insurgent le 18 mars 1871 : c'est le début de la Commune de Paris. Adolphe Thiers, chef du gouvernement installé provisoirement à Versailles, l'écrase militairement entre les 22 et 28 mai lors de la Semaine sanglante qui reste à ce jour la dernière guerre civile qu'ait connu Paris.

Mais Paris sait remonter rapidement en selle. Et finalement la fin de l'Empire et l'avènement de la République préfigurent l'entrée de la ville dans le 20ème siècle : la ville célèbre les sciences et la modernité notamment lors de l'exposition universelle de 1889.
Certains monuments, construits temporairement pour l'exposition, telle La Tour Eiffel de Paris, érigée à cette occasion, deviendra le symbole de cette exposition et s'imposera comme l'emblème de la ville de Paris. Paris devient en ce début de 20ème siècle, la Capitale Mondiale de la culture et des arts.


oOo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elswyn Zmeskall
~Altiste~
avatar

Nombre de messages : 392
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Alti
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Relations : .:Amours:.
Aucun
.:Amis:.
Elisabeth, plus qu'une amie, une soeur de coeur
.:Ennemis:.
Carlotta. Le fanty ?

Présentation : Fiche
Etats d'Âmes : Ici

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
900/2000  (900/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...   Mer 31 Déc - 18:35

Moeurs et relations sociales à Paris



Ô Paris, la belle Paris!


Étant donné que cette époque se trouve à près de 130 ans de la nôtre, j'aimerais que le parlé de chaque membre soit en mesure de celle-ci, c'est-à-dire que tout le monde vouvoie ses interlocuteurs Wink. Le tutoiement ne se pratique qu’entre couples, et encore! Certes, j’exclus peut-être les joueurs qui auront un personnage qui appartiendra à la basse société de ce lot, pourtant, mes chers amis, je vous prierai quand même de respecter la hiérarchie. Ces messieurs dames de la noblesse aiment recevoir toutes les louanges, même celles qui ne devraient peut-être pas leur être adressées. Toutefois, ne vous laissez pas prendre! Si vous, pauvres gens, ne faites pas partie du même monde, apprêtez-vous à recevoir quelques remarques désobligeantes ou encore les regards hautains de ces personnages au titre doré. Cela n’exclut pourtant pas le fait que vous avez tous les droits de détester la haute société. Pas besoin d’une autorisation écrite, n’est-ce pas? Cependant, je vous demande de rester prudents. Après tout, qui sait? Les machinations sont si puériles en ce vaste monde!


En ce temps-là, les hommes dominaient toujours. Eh oui, malheureusement, mes gentes dames, vos maris vous tiennent toujours en tant que subalternes! Révoltant pour les femmes du monde que vous êtes aujourd’hui, pourtant, cette réalité sexiste est maintenant la vôtre. Soumise, dévouée et tout le tralala habituel! Ah, mais bien sûr, il y eut quelques exceptions, comme dans toutes choses. Certaines furent mises à égale avec ces messieurs, d’autres réussirent à se faire valoir et etc. De plus, pour quelques-unes d’entre vous, je vous rassure, peut-être aurez-vous un mari assez prometteur qui vous laissera mener votre vie telle que vous l’avez imaginée?... Et pour d’autres, ce sera le contraire. Vous vous retrouverez entre des griffes bien trop acérées pour vous en départir. Alors, peut-être votre demoiselle aurait-elle choisi d’être légère et frivole? Oh, encore une fois, mes amies, c’est une bien bonne idée. Mais prenez garde! Ce statut vous apportera plusieurs insultes de la part de ces dames de rang. Légèreté devient rapidement le rejet complet de la gente féminine. Pourtant, ces messieurs ne partagent pas totalement l’avis de ces dames… À quelques exceptions près.

Parlons maintenant, maîtresse. Messieurs, vous pouvez toujours en avoir une, ou pourquoi pas deux? Tout est permis, après tout… Jusqu’à ce que vous vous fassiez prendre en plein délit? Et puis, de toute façon, ces gentlemen ne seront pas les seuls à profiter de cet avantage puisque, vous aussi mesdames, en avez l’opportunité! Vous aurez bien tous les droits de vous trouver un damoiseau à la hauteur de vos espérances… Mais soyez discrètes surtout…

Une dernière note, je vous prie. En ce qui concerne les mariages, cette fois ce sont vous, pauvres gens qui ont un avantage. Contrairement à ces bourgeois et autres, vous, vous avez la possibilité de vous marier par amour et non par convention. Pauvre mariage, peut-être, mais mariage heureux, sans doute!


Après la romance, vient la violence! L'injustice est maîtresse dans les rues de Paris à cette époque. Retirez-vous l’image du monde beau et rose que vous vous étiez faits de la belle Paris. Truands, malfrats, qui est à l’abri de ces personnages hors la loi et sans vergogne? La noblesse fait aussi ses lois au sein de la communauté, il fallait vous y en attendre. Grands de ce monde, ce sont eux les régisseurs et vos procureurs. En outre, chers citoyens, surveillez vos arrières. Qui sait ce qui pourrait vous arriver?

Ah, mais si Paris est une ville ensevelie sous les ragots et les crimes, elle a aussi ses bons côtés, je dirais même excellents! Cité d’actions et centre de la France par excellence, les évènements qui s’y produisent en attirent plus d’un, laissez-moi vous le certifier avec éloquence! Nobles, riches, marchands, rois et reines de tous pays viennent ici de temps à autre pour jeter un œil sur cette fourmilière remplie de races de toute sorte enjolivée de la populace parisienne qui répandaient ses traditions festives aux alentours. Qui pourrait bien se passer de cette somptueuse ville qui ne manquait, en premier lieu, d’aucun divertissement et d’authenticité mondaine?! Nation constructive qui éblouissait par sa simple épellation. Ah, Paris! Les Opéras, les Italiennes, les pièces, les bals, les banquets, allons, messieurs, dames, ne soyez pas difficiles! Avouez que ce tableau est alléchant. Et il fallait dire que l’ennui se trouvait assez difficilement entre les rues bondées d’artisans et d’actions constantes.


Mais, mis à part la richesse, il y a aussi la pauvreté qui règne dans la plupart des quartiers de Paris. Le tableau devient alors lugubre, triste et morne. Eh oui, même si nous pouvons parler pendant des heures de la fameuse noblesse parisienne, ainsi que de leur comportement mondain, il y a l’envers de la médaille qui nous frappe tous. Soumis aux lois des plus grands, le peuple aimerait tant revendiquer leurs droits, se lever et hurler leur répulsion contre l’indifférence du peuple. Malheureusement, comme dans toutes choses, ceux qui possèdent le pouvoir font vite disparaître la révolte, qu'importe le moyen... Prenez garde jeunes gens. Combien d’entre vous ont terminé dans le fond d’un cachot miteux simplement pour avoir su vous faire justice? Innombrable, sans doute, mais pourquoi tant de haine envers un peuple qui ne cherche qu’à se faire une toute petite place dans la communauté? J’aimerais éperdument vous trouver une réponse valable, mais la loi de l’humanité reste la même. Pour un peu de pouvoir, il suffit de se montrer plus oppressant que cette foule de va-nu-pieds. Paroles traitres pour des gens qui gagnent si durement leur vie, mais le préjugés persistent, malgré tout.

Messieurs, dames, puis-je vous rassurer en vous disant que vous pouvez vous en sortir un de ces jours? Il suffit de trouver la bonne étoile.



oOo


Post rédigé par Erik Lancaster

Retour en haut de page
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paris la Belle, son histoire, ses moeurs...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» histoire de belle-mère
» Opera National de Paris : Répertoires & Saisons passées
» La belle meunière ( Schubert )
» L'histoire du poulet MFC: CHICKEN!
» [reportage] Sur M6 Johnny Hallyday, c'est notre histoire..le 06 sept 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phantom of the Opera :: Décrets de l'Opéra :: Notre Univers :: Nos Moeurs-
Sauter vers: