Il est certaines chansons à ne point chanter trop haut... A travers les murs de l'Opéra Garnier réside un air que tous murmurent et que nul ne chante : celui du Fantôme de l'Opéra... Qui sait de quelles sinistres partitions il sera l'auteur ?

 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la messe [PV Elswyn]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nalynda Standhope

Nalynda Standhope

Nombre de messages : 58
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Mezzo-soprano
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
1200/2000  (1200/2000)
Redoutabilité en Duel:
300/2000  (300/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Après la messe [PV Elswyn]   Mer 4 Nov - 17:33

Nalynda piquait du nez sur son siège, et fit un effort pour se redresser et adopter une attitude plus digne. Rester penchée la tête en avant n'aidait pas à la concentration. Heureusement qu'il fallait se lever et se rassoir de temps en temps, sinon elle se serait déjà endormie pour de bon.

En ce mois de décembre 1882, la température sur Paris était des plus basses. Inutile de dire qu'entre les murs de Notre-Dame, dont la pierre n'était pas des plus isolante, il faisait à peu près aussi froid que dehors que dedans. Nalynda avait même l'impression de sentir encore le vent. Elle s'était habillée très chaudement, et avait glissé ses mains dans un manchon en fourrure. Engoncée dans tous ces vêtements, elle avait l'impression que son corps était cerclé de fer, et que si elle essayait de bouger, elle ne parviendrait pas à faire le moindre mouvement. Enfin, elle était élégante quand même, forcément. Elle ne serait jamais sortie si elle n'était pas absolument sûre d'être impeccablement mise.

Bref, elle était assise au troisième rang des bancs de l'église, bien que sous toutes ses épaisseurs de vêtements, elle ne parvienne pas à sentir la dureté du bois sous ses fesses. Elle assistait à la messe du dimanche, une messe catholique, mais bon, il fallait bien s'adapter. Au final ce n'était pas vraiment différence des préceptes anglicans, et elle avait fini par s'adapter. Et elle n'avait pas besoin de tout le décorum pour croire en Dieu. Elle se contentait de filtrer les pratiques pour ne retenir que celles qui lui plaisaient et lui convenaient. Mais la messe de fin de semaine était incontournable, surtout en cette période de l'année.

Elle avait assisté à la messe de Noël à Notre-Dame, et avait été tellement enthousiasmée par le décor qu'elle avait décidé de revenir ici pour la messe du dimanche suivant. C'était vrai que le décor était très agréable et solennel, mais elle se dit que finalement, autant ne pas y aller toutes les semaines, elle finirait par se lasser. De plus, le prêtre était assez ramolli, et récitait sa litanie sans la moindre conviction, ce qui avait commencé par l'énerver, avant de l'endormir pour de bon.

Sursautant en voyant du mouvement, elle se rendit compte qu'elle devait se lever, et s'exécuta avec difficulté. Elle marmonna dans sa barbe les prières d'usage, dans un geste automatique, sans vraiment penser à ce qu'elle faisait. Pas très chrétien comme attitude, mais bon, Dieu devrait être plus gentil avec ses fidèles et penser à faire des églises chauffées. Enfin la messe se terminait, par un chant comme d'habitude, et comme souvent la partie préférée de Nalynda. Déjà parce qu'elle aimait chanter et que cela lui rappelait l'opéra, mais surtout parce qu'elle trouvait magique d'unir sa voix à celles de tous les fidèles présents, comme si leurs âmes se mélangeaient et s'élevaient pour atteindre le ciel. Elle avait toujours trouvé la comparaison très plaisante. Ou était-ce l'inverse ; c'était pour cela qu'elle aimait l'opéra ? Elle ne saurait sans doute jamais. Alors qu'elle faisait vibrer sa puissante voix de mezzo-soprano, sa voisine s'interrompit pour lui jeter un regard surpris. Nalynda lui sourit et laissa sa voix monter en puissance, se détachant un peu des autres.


Une fois la messe terminée, Nalynda fit une petite génuflexion devant l'autel, et suivit le mouvement de foule en direction de la sortie. Elle salua au passage diverses connaissances, s'approchant pour répandre les nombreuses banalités d'usage. Il faisait froid en ce moment, comment vont vos parents, vos enfants ont bonne mine, moi aussi j'ai adoré la messe de minuit, avez-vous entendu ce qui est arrivé à Mme de Salé ? Nalynda s'acquittait de ces tâches aussi mécaniquement que la messe récitée, son esprit engourdit étant incapable de réagir. Aussi ne s'attarda-t-elle pas, se débrouillant pour filer à l'anglaise (comment ne pouvait-elle pas être naturellement douée pour cela ?) à la première occasion venue.

Les attelages attendant leurs propriétaires créaient une telle cohue devant l'église, que Nalynda avait depuis longtemps renoncé à exiger que le sien l'attende le temps de la messe. De plus avec un froid pareil, le cocher autant que les chevaux auraient risqué de tomber malades. Aussi préférait-elle qu'ils rentrent après l'avoir emmenée, et elle prenait un cab pour rentrer chez elle. En attendant d'en trouver un, elle s'éloigna lentement de Notre-Dame, suivant les bords de la Seine.


Elle ne s'était pas mise en marche depuis cinq minutes, qu'un jeune homme vêtu d'un costume débraillé l'accosta. Nalynda ne l'aurait même pas remarqué s'il ne s'était pas mise en travers de son chemin.


-Alors mademoiselle, on se promène ?

Nalynda lui adressa un regard froid et fit mine de le contourner.

-C'est madame. Veuillez me laisser tranquille je vous prie.

Mais l'autre ne semblait pas vouloir lâcher l'affaire. Se rapprochant, il saisit le bras de Nalynda, faisant tomber son manchon à terre et lui arrachant un cri.

-Qu'est-ce que vous faites ? Mais lâchez-moi !

-Ah, vous les filles de la haute, vous savez décidément pas vous amuser !

Nalynda essaya de se débattre furieusement, mais elle portait trop de vêtements pour être libre de ses mouvements. Malgré ses protestations, l'homme la plaqua violemment contre le parapet donnant sur le fleuve, lui arrachant un gémissement de douleur. Il devait être ivre, elle sentait son haleine chargée d'alcool sur son visage. En attendant, n'y avait-il personne pour l'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elswyn Zmeskall
~Altiste~
Elswyn Zmeskall

Nombre de messages : 392
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Alti
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Relations : .:Amours:.
Aucun
.:Amis:.
Elisabeth, plus qu'une amie, une soeur de coeur
.:Ennemis:.
Carlotta. Le fanty ?

Présentation : Fiche
Etats d'Âmes : Ici

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
900/2000  (900/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: Après la messe [PV Elswyn]   Lun 23 Nov - 14:02

Dimanche. Ils étaient déjà dimanche. Et comme de bien entendu, Elswyn n'avait, encore une fois, pas réussi à se réveiller à temps pour aller à l'office de la messe, tel qu'un bon chrétien se devait d'y aller. Pourtant il avait reçu une éducation religieuse chez les d'Aubespin de Lontages, qui l'avait fait aller à la messe tous les dimanches. Et même depuis qu'il n'habitait plus chez eux, le jeune altiste avait tenté de garder cette habitude. Enfin, du moins autant qu'il y parvenait. Et si au début il s'y était assez bien tenu, depuis quelques temps, depuis deux ans, depuis la mort du comte d'Aubespin de Lontages en fait, il peinait à parvenir à se réveiller le matin, particulièrement les dimanches matins...

Et ce matin-ci ne faisait malheureusement pas exception. Le jeune homme se leva toutefois, luttant courageusement contre le sommeil qui semblait vouloir encore le happer, et s'apprêta. S'apprêter pourquoi, puisque l'office de la messe devait bientôt prendre fin ? Il n'aurait su dire. Mais aller faire un petit tour et prendre l'air ne pourrait lui faire de mal n'est-ce pas ? Et surtout ne pas rester confiner dans sa chambre, à se morfondre sans fin ne serait pas mal non plus. Aussitôt pensé, aussitôt fait. A peine fut-il propre et habillé, qu'il sortit de chez lui, sans même prendre le temps de prendre un petit déjeuner, ou un café. Mieux valait aller le prendre au dehors de toute façon, vu ses piètres capacités culinaires, même quand il s'agissait d'un simple café....

Il était ainsi perdu dans ses pensées, quand il se rendit compte que ses pas l'avaient guidé non loin de Notre-Dame. Notre-Dame, magnifique cathédrale où il aimait venir se réfugier, comme pour mieux y réfléchir. ce lieu imbibé de majesté l'avait toujours rendu muet d'émerveillement et de respect. Il était peu croyant, malgré l'éducation qu'on lui avait inculquée. Il ne croyait plus en tout cela, quand bien même il tentait, tant bien que mal, de garder un minimum de respect pour la religion et ses préceptes. Mais ce lieu était tout de même unique à ses yeux et il s'y sentait agréablement bien. Comme... Comme reposé. Comme si ses torturantes pensées y trouvaient enfin un refuge, un moment de paix... Il y serait bien rentré... si tant de monde n'en sortait pas justement. Voir tous ces gens sortirent à la fin de la messe, à laquelle il aurait dû assister justement, lui insuffla un soudain sentiment de honte, qui le força à tourner les talons. Direction les quais. Il pourrait faire un tour par les quais, avant d'éventuellement tenter un retour par la Cathédrale. Mais autant laisser le flux massif se dissiper avant de tenter d'y retourner.

Mais peut-être n'aurait-il pas dû prendre les quais, pensa-t-il quelques minutes plus tard, alors que ses pas le menaient ves un homme, qui visiblement avait bu, et qui semblait agresser une femme. Elswyn s'arrêta un instant, étudiant la scène. Une part de lui lui disait d'intervenir, tandis que l'autre lui disait de se mêler de ses affaires, vu la piètre façon dont il savait se battre. Car non Elswyn n'était pas vraiment bon au combat, surtout pas au combat à mains nues. Nul doute que s'il se mêlait de cette histoire, il allait encore se manger un bel échec.

Mais quand il vit l'homme plaquer la jeune femme contre le parapet, sa conscience ne fit qu'un tour et il se rua vers l'autre, tentant de maitriser les battements déjà affolés de son coeur. Sans même prendre la peine d'avertir l'autre homme, il préféra le prendre pas surprise, lui attrapant l'épaule et le tirant vers l'arrière tout en le retournant vers lui.


- Vous avez un problème, Monsieur ? S'enquit-il, tentant de garder un ton neutre, assuré et un air digne.

Mais sa main tremblante devait immanquablement le trahir. Enfin, en comptant que l'homme ivre était apte à observer un tel détail, ce qui était certainement loin d'être le cas.

- Oui, gamin. Mon problème c'est toi, lui rétorqua l'autre.

Tout en assenant à Elswyn un magistral coup de poing qui s'abbattit lourdement sur sa joue droite. L'altiste, peu habile en de telles situations, perdit l'équilibre, basculant du côté gauche et sa tête heurta violemment un arbre non loin de là. Quasiment assommé sur le coup, Elswyn fut momentanément incapable du moindre mouvement. Il sentait vaguement un remue-ménage à ses côtés, et des voix s'élevant... D'autres passants qui s'étaient enfin mêlés à l'altercation, constata-t-il quand sa tête se décida à moins tourner, et qui éloignaient déjà l'autre homme de la jeune femme et lui.

Par tous les violons, qu'il avait mal... le monde tournait vraiment dangeureusement et il sentait un fin filet de liquide chaud lui couler de la lèvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nalynda Standhope

Nalynda Standhope

Nombre de messages : 58
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Mezzo-soprano
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
1200/2000  (1200/2000)
Redoutabilité en Duel:
300/2000  (300/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: Après la messe [PV Elswyn]   Dim 6 Déc - 17:19

[HRP : désolée pour le délai de réponse, du boulot en ce moment T^T]


Malgré une quantité de vêtements assez respectable, Nalynda parvenait à sentir le métal froid du parapet sur sa peau hérissée par la chair de poule. Aie, ça commençait à mal tourner. Et si cet imbécile, emporté par son élan et sa bêtise, la faisait choir par-dessus, directement dans la Seine ? Là, elle était mal. Déjà, elle ne savait pas nager, mais même sans aller loin dans ses considérations, il était peu probable qu'elle survive à un choc avec l'eau, qui à cette époque de l'année devait être du genre glacée. La lady essaya de lui flanquer un coup de pied dans les chevilles, mais elle n'y parvint même pas, entravée par sa robe. Jolie, mais pas pratique. Bon, plus qu'à compter sur l'aide d'autrui. Fort heureusement, l'altercation semblait avoir attiré quelques passants, et elle espérait que l'un d'eux se dévoue pour lui prêter main forte.

Justement, voilà un homme qui s'interposait, forçant le malotru à se retourner alors que celui-ci tentait d'embrasser Nalynda. Mon héros ! Songea la jeune femme en dévisageant l'homme avec espoir. Tiens, elle le connaissait non ? Et le voilà qui lui demandait s'il avait un problème. L'Anglaise arbora un air blasé. Il était myope ou quoi ? C'était elle qui avait un problème, pas l'inverse. Niveau chevalier servant, on aurait pu lui envoyer mieux.

Son agresseur envoya alors une mandale formidable en plein dans la tronche du courageux mais pas très doué intervenant, qui valdingua contre un arbre, avant de s'écrouler contre le sol, apparemment plus ou moins assommé. Atterrée, Nalynda le regarda avec pitié, assez surprise de constater qu'au final, en voulant la défendre, c'était lui qui s'était fait blessé. Dévoué et courageux, mais pas très redoutable. Fort heureusement, des passants avaient fini par intervenir, attrapant et immobilisant l'homme ivre, alors qu'un policier lui mettait le grappin dessus, le tout causant un fort remue-ménage. Mais Nalynda se désintéressa de toute cette cohue, s'agenouillant à côté de son sauveur providentiel qui était maintenant à sauver, n'oubliant pas au passage de récupérer son manchon tombé à terre, en fourrure de zibeline qui lui avait coûté une fortune.

Effectivement, elle le connaissait. C'était cet altiste qu'elle avait rencontré lors de sa première visite à l'opéra. Elswyn Zmeskall, si ses souvenirs étaient bons. Un homme intéressant, bien qu'elle n'avait pas oublié la rudesse de ses paroles et la dureté avec laquelle il l'avait parfois traitée. Ils s'étaient même quittés en froid, si ses souvenirs étaient bons. C'était un curieux hasard qu'ils se retrouvent dans de telles circonstances.

Elswyn avait l'air sonné mais conscient. Nalynda lui prit la main et la tapota doucement, résolue à employer des méthodes plus musclées si cela ne suffisait pas.


- Monsieur Zmeskall ? Vous m'entendez ? Répondez-moi, s'il vous plaît.

Constatant que sa lèvre avait été fendue par le coup violent qu'il avait reçu et saignait à présent, elle sortit un fin mouchoir de soie et le plaqua sur la blessure pour essuyer le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la messe [PV Elswyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la messe [PV Elswyn]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe en si de bach
» Messe des morts de Gossec
» La Messe de Requiem ( Fauré )
» Giuseppe Verdi - Otello d'après Othello
» Messe de Saint Hubert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phantom of the Opera :: Paris :: Îles de la Cité :: Notre Dame-
Sauter vers: