Il est certaines chansons à ne point chanter trop haut... A travers les murs de l'Opéra Garnier réside un air que tous murmurent et que nul ne chante : celui du Fantôme de l'Opéra... Qui sait de quelles sinistres partitions il sera l'auteur ?

 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De retour [suite]

Aller en bas 
AuteurMessage
Romilly Duval

avatar

Nombre de messages : 87
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Second Rôle, Mezzo-soprano, à l'Opéra Garnier
Lieu de vie : Autres Quartiers
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
900/2000  (900/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: De retour [suite]   Mar 30 Juin - 13:28

Robyn entraîna une Romilly plutôt joyeux et exitée au dehors. Cela devait dire "oui" pour la proposition d'aller chez elle en discuter plus approfondi. Le clin d'oeil complice fit chaud au coeur de la mezzo qui lui retourna un sourire tout aussi complice. Sur le chemin de la sortie, toutes deux saluaient poliment mais rapidement les quelques personnes qu'elles croisaient - l'image de jeunes filles polies et avenantes prévalait même sur une si exitante aventure. Surtout avant une si exitante aventure, d'ailleurs! Il fallait assurer ses arrières et ne pas laisser des rumeurs d'impolitesse ou de snobisme ternir leur réputation. Mais Romilly ne pensait pas à tout cela en gagnant l'extérieur. Elle se demandait si Robyn accepterait de marcher jusqu'à son petit appartement : elle était venue à pied.
Mais à peine au-dehors, elle remarqua la calèche et le laquais de la soprano. Elle en fut secrètement soulagée: en venant, elle avait remarqué du crottin et la perspective de salir leurs belles chaussures l'avait un peu inquiétée. La calèche s'arrêta près d'elle et Robyn s'adressa brièvement à son laquais. Puis elle se tourna vers Romilly. Celle-ci l'écouta avec attention, hochant la tête.

" C'est parfait " conclut-elle aux propositions de Robyn.

Sur l'incitation de Robyn, Romilly monta en calèche, continuant à prêter attention aux paroles de sa complice malgré tout. Elle dit:

" J'habite à six rues d'ici: on tourne deux fois à droite, deux fois à gauche, et quatre fois encore à droite et c'est l'immeuble avec le porche gravé à la date 1720 "

Elle attendit que Robyn vienne s'installer sur son siège, et lui sourit:

" Je ne serais pas en retard - il ne faut pas ! Mais j'avoue que je passerais bien tout mon temps à préparer notre... audacieux projet. "

Quel bonheur de pouvoir évoquer ce rêve en plein réalisation (peut-être?) avec une femme qui la comprenait! Quel miracle de pouvoir croire un moment que cela marcherait! Elle demanda alors:

" As-tu un pianiste en tête? Et devrons-nous tout lui dire? Cette entreprise lui paraitra très bizarre si il en ignore les raisons et nous risquons ainsi autant un refus que si on lui avoue notre volonté. "

Et là... Quel dommage que des contingences si humaines la rappellent sur terre!
Romilly étudia le visage de l'anglaise. Beau et noble. Elle se demanda de quelle origine sociale elle venait - depuis combien de temps elle avait cette calèche - si elle avait un fiancé, ou un mécène dont la mezzo n'avait pas entendu parler. Mais cela ne la regardait pas réellement donc elle se tut et se borna à regarder sa nouvelle amie.
Autour d'elles, les rues défilaient lentement, avec leurs cortèges de passants, de boue et crottin, et d'enfants qui jouaient. Le temps était au beau, et Romilly ne put, superstitieuse comme toutes les chanteuses, s'empêcher de penser que c'était un bon augure pour leur secret. Elle le dit avec humour à sa partenaire:

" Ciel bleu et dégagé, promesse de réussite pour notre "secret"? "


Elle rit joyeusement puis redevint sérieuse car le projet et les espoirs ne portaient pas à rire. Ils arrivaient, d'ailleurs.

" C'est ici "

Romilly désigna le vieil immeuble. Elle n'était pas riche, malgré l'Opéra, et sans ses parents. Mais son appartement était chez elle, et elle appréciait sa liberté. Elle se bénit pour avoir rangé et nettoyé la veille tout chez elle - et espéra que son espace ne déplairait pas trop à la jolie soprane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robyn Dowsett
~Soprano~
avatar

Nombre de messages : 41
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Chanteuse soprano (Second Rôle)
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Mar 30 Juin - 15:49

    La calèche filait à travers les rues étroites, en direction du lieu de résidence de Romilly. A travers les fenêtres, on pouvait voir défiler les nombreux immeubles possédant une très belle architecture à la parisienne. Romilly en profita pour interroger l'anglaise sur quel pianiste elles allaient choisir. Le choix devait être audacieux. Elles n'avaient pas le droit à l'erreur pour une telle "mission". Comme précisa Romilly, il fallait aussi veiller à ne pas tout lui avouer. Cela pourrait l'effrayer, et seules deux chanteuses passionées comme elles pouvaient véritablement comprendre leur propre secret. Là, tout de suite, aucun nom ne lui venait. A vrai dire, il allait falloir passer plus de temps auprès de chacun des pianistes pour véritablement savoir lequel conviendra le mieux.

    - Je pense que nous ne connaissons pas assez les pianistes pour juger de leur aptitude à comprendre notre demande "spéciale". Il ne faudra pas se tromper.

    A cet instant même, Robyn était partagée entre l'excitation et l'impatience. Elle avait hâte de plonger pleinement dans leur projet et de le voir prendre forme. Il faudrait aussi se décider sur la date précise à laquelle elles allaient pouvoir utiliser le théâtre en pleine nuit. Pour cela, Robyn avait déjà l'idée adaptée. Il suffisait qu'elles demande toutes deux de pouvoir passer la nuit à l'Opéra. Etant chanteuses, leurs demandes ne seraient pas refusées. Cela pouvait être compréhensible, que se soit pour des répétitions ayant lieu tôt le matin ou pour un rendez vous tard le soir avec un des directeurs, les excuses ne manqueraient pas. Ensuite, elles n'auraient qu'a quitter leur chambre à l'heure choisie et se retrouver sur scène, à l'insu de tous.

    Enfin, Romilly déclara qu'elles venaient d'arriver. Robyn siffla le laquais qui, aussitôt, arrêta les chevaux. Il vint ensuite ouvrir rapidement la portière gauche de la voiture, et aida les demoiselles à descendre en leur offrant sa main gantée. Robyn se souvena que Romilly avait répétition l'après midi, et déclara donc à l'attention de son serviteur :

    - Repassez me prendre vers 13h. Ni plus tôt, ni plus tard.

    Il hocha la tête, regrimpa sur la calèche, attrapa son fouet, et déclencha dans la foulée le départ des quatres bêtes, qui firent résonner leurs sabots sur le sol parsemé de pavés. Robyn se tourna alors vers l'immeuble qui s'offrait à elle. C'était un modeste bâtiment, plutôt bien placé, bourré de charme. Certe il ne respirait pas la luxure, mais cela importait peu la soprano, qui elle aussi ne roulait pas sur l'or et vivait chez son professeur de chant, qui veillait sur son élève et lui offrait tout ce don elle avait besoin.

    Robyn suivit la mezzo à travers les escaliers en colimaçon. Elle veilla à soulever avec soin sa robe, pour ne point l'abîmer.

    - Tu vis seule ?

    La question était peut être un peu indiscrète, mais, après tout, Robyn préférait laisser sa curiosité vagabonder. Entre complices, on pouvait quand même apprendre un peu de la vie de l'autre, surtout entre filles.


Dernière édition par Robyn Dowsett le Lun 20 Juil - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilly Duval

avatar

Nombre de messages : 87
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Second Rôle, Mezzo-soprano, à l'Opéra Garnier
Lieu de vie : Autres Quartiers
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
900/2000  (900/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Mer 1 Juil - 3:44

[ HJ: tu veux dire "luxe" plutôt que "luxure" non? lol ]

Quelle noblesse dans la manière dont Robyn se comportait : avec le laquais, la manière de relever la robe... Elle semblait plus riche que Romilly, en tout cas. La mezzo guida la soprano vers les escaliers qui montaient. D'un ton d'excuse elle annonça qu'elles devaient monter au cinquième étage.
La question de Robyn était attendue et elle s'expliqua sans attendre:

" Habituellement, non. C'est l'appartement d'une amie qui fait du théâtre. Elle est actuellement en contrat à l'étranger, et j'y suis seule... J'habite ici depuis que j'ai claqué la porte au nez de mes parents: ils voulaient me forcer à arrêter de chanter et à me marier. "

Le ton confirmait clairement ce qu'elle pensait de tout cela. Arrêter de chanter? Pour elle, cela équivalait à arrêter de respirer, et à renoncer à tout ce qui faisait d'elle elle-même. C'était détruire par le feu tous les rêves qui l'avaient construite; noyer dans l'océan tous les efforts qu'elle avait dû faire. C'était impensable, impossible, incohérent. La mezzo se douta que c'était à peu près la même chose pour sa nouvelle amie: elle ne serait pas arrivée à ce niveau sans cela.
Elle lui demanda à son tour:

" Et toi? Tu vis seule? Tu vis où? "

Habituée à monter et descendre plusieurs fois par jour les escaliers en colimaçon, elle était à peine essouflée mais se dit que ça devait être plus dur pour Robyn. Elles arrivèrent enfin sur le palier du dernier étage avant le grenier.
La porte était simple mais solide, et était munie d'une grosse serrure, à peine ouvragée mais reste d'une richesse d'antan. Romilly sortit sa clé et la fit tourner. Elle ouvrit la porte et s'effaça pour laisser passer son invitée.
L'entrée était toute petite; on pouvait à peine y tenir à deux personnes. Une autre porte ouvrait sur le salon. Pas riche, mais pas pauvre, il était assez petit, mais agréable et bien agencé avec ses deux fauteuils près de la cheminée, le grand tapis au sol, une table et des chaises près de la fenêtre, et deux bureaux contre le mur opposé. Romilly fit entrer Robyn, et lui montra les trois portes du fond: la première menait à une petite cuisine-salle d'eau; la deuxième à sa toute petite chambre, et la troisième à celle de son amie.

" Mets toi à l'aise pendant que je vais faire du thé. Mes partitions sont sur le bureau de gauche. "

Même sans précision, l'anglais aurait pu le voir: on n'en voyait plus le bois, tellement il y avait de partitions étalées, empilées, au-dessus, au-dessous et à côté du bureau. Même sur la chaise! Romilly fit un clin d'œil à sa complice et disparut dans la cuisine. Puis elle revint, son plateau chargé d'une théière et de plusieurs récipients. Elle les installa sur la table basse près des fauteuils, se tourna vers la soprano et demanda:

" Fort ou pas, ton thé? Lait, sucre ou citron ou les trois? "


Les anglais étant réputés pour leur cérémonial du thé, elle préférait demander avant de le préparer à sa manière.

Le matin était bien avancé, et les grandes fenêtres aux volets ouverts laissaient passer assez de lumière pour qu'il n'y ait pas besoin de lampe. Le soleil réchauffait de ses rayons le parquet de bois clair, et donnait un air de fête au petit appartement. Il était aussi bien insonorisé puisque la mezzo pouvait faire ses vocalises sans s'attirer les foudres des voisins du dessous, et il convenait parfaitement pour une "conférence au sommet" entre elles pour réussir à tomber dans les bras du Fantôme... heu, à attirer le Fantôme vers leurs voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robyn Dowsett
~Soprano~
avatar

Nombre de messages : 41
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Chanteuse soprano (Second Rôle)
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Mer 1 Juil - 9:27

    [HRP: C'est vrai que ca sonne mieux comme ça Razz ]

    Romilly informa Robyn sur le fait qu'elle ne vivait pas toujours seule, mais que l'une de ses amies avait aussi accès à l'appartement. Arrivées à la porte, Romilly, avec courtoisie, laissa entrer Robyn en se retirant sur le côté après être entrée elle même. L'espace n'était pas grand, mais l'on s'y sentait bien. L'ambiance était simple, et pourtant on reconnaissait parfaitement là qu'une artiste avait prit possession des lieux, puisque Robyn repéra vite le bureau remplit de partitions. La demoiselle déposa sa lourde veste sur l'un des fauteuils. Entre temps, l'anglaise se rappella que la mezzo lui avait demandé si elle aussi vivait seule. Tandis que son amie était déjà partie faire le thé, Robyn haussa la voix pour se faire entendre, tout en jetant un coup d'oeil aux partitions...

    - Je vis avec mon professeur de chant, Maria. Une femme remarquable, qui m'a ouvert les portes de l'Opéra. Elle est comme ma mère.

    Robyn eu un pincement au coeur. Elle venait de dire là quelque chose de véridique, mais elle pensa à sa véritable mère, qui était morte assassinée, il y a quelques années déjà. En aucun cas elle ne voulait la renier, mais Maria avait comblé le manque maternelle d'une manière remarquable.

    - Nous habitons dans un immeuble charmant à quelques rues de l'Opéra. Ah, au fait, si tu veux de l'aide...

    ...mais déjà, Romilly revenait avec un petit plateau bien garnit. Elle demanda à son amie avec quoi elle désirait boire son thé, et si elle le voulait fort ou non.

    - Thé fort s'il te plaît. Met moi juste un sucre et une tranche de citron, tu seras gentille.

    Robyn essaya pendant ce temps de revenir au projet. Elle songea aux morceaux, au pianiste qui serait dans la confidence.

    - Pour en revenir à notre "mission", ne penses-tu pas que nous devrions premièrement dresser la liste des morceaux à chanter ? Comme ça, nous serons fixées. Il faut éviter les morceaux qui ont permis à Christine d'être sa muse. Il ne supporterait certainement pas que l'on s'attaque à des chansons qu'il vénèrent lorsqu'elles sont interprêtées par elle et elle seule. Notre but n'est pas de la détrôner, loin de là. Juste de connaître ce génie de la musique.

    Robyn commenca à boire à petite gorgée son thé. Il était brûlant, elle préféra donc souffler dessus et attendre un instant. Elle attrapa une pile de partitions, et regarda chacun des titres, avec précaution. Elle s'arrêta sur un morceau peu connu de l'époque, mais qu'elle affectionnait beaucoup.

    - La Traviata de Verdi ? Et l'Ave Maria ! Quel morceau !

    La soprano posa un regard interrogateur sur la mezzo, pour savoir ce qu'elle en pensait, mais aussi pour savoir si elle avait d'autres idées. De nouveau, Robyn attrapa sa tasse. Elle bu une gorgée. Ce n'était plus brûlant, mais juste comme il faut.


Dernière édition par Robyn Dowsett le Lun 20 Juil - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilly Duval

avatar

Nombre de messages : 87
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Second Rôle, Mezzo-soprano, à l'Opéra Garnier
Lieu de vie : Autres Quartiers
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
900/2000  (900/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Mer 1 Juil - 11:28

Romilly servit son thé à Robyn. Elle même prit un sucre et un peu de lait. Elle n'y toucha pas tout de suite, attendant qu'il refroidisse un peu; mais pour l'anglaise, il était apparemment à la bonne chaleur.
Les explications de Robyn la firent demander:

" Quel est le nom de famille de ton professeur? Vient-elle parfois à l'Opéra? Sait-elle pour... tout ça?"

Près du quartier de l'Opéra? Riche immeuble, supposait Romilly.
Puis, à l'exclamation de la soprane, elle sourit et répondit:

" Je ne peux pas monter assez haut pour l'air de la Traviata, mais j'aime beaucoup... Et l'Ave Maria est trop beau, tu ne trouve pas? "

Elle sourit à la soprano et se leva. Elle se dirigea vers le bureau, farfouilla un instant puis choisit quelques feuillets. Elle revint avec les partitions en avouant :

« J’y avais déjà réfléchi, aux morceaux qu’on pourrait faire ensemble.Je peux te proposer par exemple Re di Ponto, de l’opéra Mitridate de Mozart , "Bonjour, grande soeur..." dans "Werther" ou la Barcarolle, des Contes D’Hoffmann, d’Offenbach . Ou encore Laudamus te, du Gloria de Vivaldi et Esurientes, dans le Magnificat de Vivaldi comme tout à l’heure. Ce ne sont pas tous des morceaux déjà très connus, mais j’ai l’intuition que cela ne tardera guère à avoir du succès pour ceux qui n’en ont pas encore. Qu’en dis-tu ? »

Elle tendit le paquet de feuilles mal reliées à la jeune femme et se rassit. Elle la laissa regarder tout cela, et but quelques gorgées avec précaution de son thé un peu refroidi. Il manquait de sucre. Elle ajouta un demi mroceau, puis, après une seconde d'hésitation, la deuxième moitié. Les sucreries la perdraient!
Tous ces morceaux qu'elle avait choisi, elle les avais déjà préparés seule, pour être prête si l'occasion se présentait. A l'époque, elle n'était vraiment pas sûre de trouver une complice pour accomplir cet inavouable rêve, puis elle n'avait pas su si Robyn, qu'elle avait choisie, accepterait. Mais, enfin, ces partitions serviraient! Enfin, elle pourrait chanter, encore mieux qu'à l'habitude, ces notes qui signifieraient "rêve" "espoir" "attente"... "Angoisse" sûrement aussi. Et quoi qu'il arrive, qu'elles réussissent ou échouent, ces chansons seraient emplies de souvenirs, d'émotions, et elles ne pourraient les écouter sans ce rappeler ces moments presque irréels, fantastiques.
Elle reprit ses esprits, qui s'étaient égarés dans un futur lointain où, grand-mère, elle pourrait parler de cela à ses petits enfants. Elle s'excusa pour la pauvreté des partitions:

" Elles sont vieilles et peu luxueuses, mais je n'avais pas les moyens d'avoir une grande éditions, et j'ai récupéré ces partitions un peu partout... "


Vu la richesse que montrait Robyn, elle eut peur de son jugement, et de voir que le peu de faste de son appartement l'ai vexée ou gênée. Elle baissa le regard sur sa tasse: c'était de la porcelaine de qualité, mais pas très fine tout de même. Jolie, mais loin d'être très chère ou de collection.
Tout son argent passait dans les robes, maquillages et partitions. Le peu qu'il pouvait rester ensuite aidait à payer le loyer, et la nourriture. Son amie n'était pas exigeante, et parfois les parents leur donnaient un peu d'argent lorsqu'il ne restait pas assez pour tout cela, mais elle ne pouvait mener un train de vie trop intense.
Elle s'excusa, au cas où:

" Je suis désolée de te recevoir dans un tel endroit... Nous ne sommes pas très riches et tenir une image coûte cher... "

A ce moment, le bruit d'une porte qui s'ouvre lentement, en grinçant, la fit sursauter. Mais ça n'était que le chat qui émergeait de la chambre où il avait sans doute passé la journée. Elle n'était que poussée et non fermée, et il se déplaçait à sa guise dans l'appartement.
Romilly sourit de sa peur et le présenta à Robyn:

" Je te présente Tistou, mon bébé, mon roi... "

Ledit Tistou les ignora et vint simplement s'installer sur le tapis. Roux et blanc, poils longs et assez dodu, il était l'image parfaite du matou heureux et nonchalant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robyn Dowsett
~Soprano~
avatar

Nombre de messages : 41
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Chanteuse soprano (Second Rôle)
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Mer 1 Juil - 12:14

    Robyn regarda les nombreuses partitions que Romilly venait de lui tendre. Elle avait un penchant pour trois de ses propositions. Les autres, elle ne l'ai avait jamais entendue.

    - J'aime beaucoup "Bonjour, grande soeur...", "La Barcarolle, des Contes d'Hoffman", ou encore "Esurientes". Ces trois morceaux sont vraiment magnifiques, ils sont poignants et feront vibrer la salle du théâtre, même vide, sois en certaine...Quand aux autres, je te fais confiance. Je suis sûr que tu as bon goût.

    La jeune femme récapitula...avec tous ces morceaux, leur liste était largement complète. La Traviata serait donc retirée, L'Ave Maria pourrait être faite avec quelques arrangements à faire pour l'interprêter à deux voix. Tandis que, pour les autres morceaux, il suffisait simplement de les apprendre et de les perfectionner. Tout devra être parfait. Soudain, Romilly s'excusa de recevoir Robyn dans un tel endroit. La soprano la rassura desuite...

    - Tu sais, j'ai vécu dans une très modeste maison toute mon enfance, qui était beaucoup moins charmante que ta résidence actuelle. J'ai même commencée à être chanteuses solistes dans les rues et les faubourgs, entre les pauvres et les bohémiens de passage. N'ai pas peur d'avoir honte, tu es très bien comme tu es, tu es parfaite comme tu vis. Et je ne jugerais jamais quelqu'un par rapport à ses moyens financiers. Je suis partie de rien, et le destin à mis Maria Lozel sur mon chemin...mais sans elle, je ne serais rien. Alors ne pense plus à ça.

    Robyn attrapa une des mains de Romilly et lui fit un sourire. Elles étaient liées désormais, et ce n'était certainement pas l'argent qui allait les désunir. Peu importe le lit dans lequel elles dormaient, peu importe si les marches de leurs entrées étaient de marbres ou de bois, peu importe si leurs salons étaient grands ou restreints...On s'en contrefichait.

    - Et Maria, sache qu'elle ne sait rien de tout ce que l'on manigance. C'est pour ça que j'évite d'y penser. Une part de moi me dit de ne rien lui avouer...parce qu'il y a des choses qu'elle ne serait pas apte à comprendre. Elle aurait trop peur pour moi, pour ma carrière, pour ma réputation. Elle pourrait m'en empêcher, hors, je sais que j'ai envie de le faire, et que maintenant que nous sommes deux, rien ne doit pouvoir nous arrêter...tant nous sommes proches du but. Je respecte Maria du mieux que je peux, mais ça, ça ! Ô, c'est mon propre projet...et malgré tout l'amour que je lui porte et que je lui porterais jusqu'a ma mort, elle ne saura jamais ce que je compte mettre en place, pour son propre bien, et pour le notre.

    Robyn porta la tasse à ses lèvres et bu une longue gorgée. Aussitôt, une porte s'entrouvrit doucement, et un drôle de matou sortit sa frimousse et vint s'installer sur le tapis. La mezzo ne manqua pas de faire les présentations...*Tistou, quel adorable prénom pour un chat !* pensa la soprano.

    - Enchantée, cher Tistou ! Et bonne sieste !

    Robyn se pencha doucement pour atteindre le poil doux et soyeux de l'animal. Elle posa l'une de ses mains de porcelaine sur ce dernier et le caressa avec tendresse.

    - Il n'a pas l'air malheureux dis donc !

    Bon, désormais, il fallait non seulement rédiger la liste des morceaux, mais commencer à s'attarder sur le choix du pianiste...

    - Je pense que nos rapports avec les musiciens sont à retravailler. Notre mission pour l'instant est d'apprendre à les connaître, peu importe leur rôle dans l'orchestre. Certains pourront nous sembler apte à nous aider, après tout. Biensûr, on se concentre sur les pianistes...


Dernière édition par Robyn Dowsett le Lun 20 Juil - 11:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilly Duval

avatar

Nombre de messages : 87
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Second Rôle, Mezzo-soprano, à l'Opéra Garnier
Lieu de vie : Autres Quartiers
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
900/2000  (900/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Sam 4 Juil - 9:17

[ HJ: merci Elswyn.... =)]

Romilly fut heureuse d'en apprendre un peu plus sur sa partenaire. Elle était un peu étonnée d'apprendre qu'elle ne venait pas d'un milieu le plus aisé qui soit: elle paraissait si sûre d'elle, si noble, et si habituée au luxe, qu'elle aurait tout autant pu être issue de la noblesse, ou de la haute bourgeoisie. Mais sa réponse soulagea grandement la mezzo: elle ne sentirait pas inférieure. Même si Robyn avait riche d'origine, elle sentit qu'elle ne se serait quand même pas sentie rabaissée: la soprane avait une telle façon de présenter les choses, et une telle diplomatie et gentillesse qu'on ne pouvait que l'apprécier. Et elle prenait bien garde à ne pas être hautaine ou méprisante - à l'inverse de quelques autres. Le monde de l'opéra, univers de faux-semblants et d'hypocrisie autant que de joie et beauté, n'était pas tendre avec les gens trop sensibles ou pas assez décidés. Romilly ne s'en plaignait pas: il était toute sa vie, et elle arrivait à bien gérer pour le moment. Mais ne pas savoir qui était sincère et qui non, pouvait parfois être pesant. Le fait de partager tout cela avec Robyn permettait à la mezzo d'être au moins sûre de l'anglaise: elles étaient irrémédiablement liées, pour le meilleur et pour le pire. Plus encore que si elles s'étaient mariées - chose forcément impossible. Un tel lien ne pourrait être brisé, Romilly en était sûre: elle accordait donc sa pleine et entière confiance à sa compagne second-rôle. Celle-ci semblait être totalement en accord sur ce point puisqu'elle lui saisit les mains, prouvant par le contact ce que Romilly venait de penser.
La jeune femme fut aussi soulagée de savoir que Maria ne savait rien. Si elles voulaient réussir, il fallait qu'il y ait le moins de monde possible au courant - pour éviter les critiques, les bâtons dans les roues, et les déceptions.
Tistou arriva, et Robyn s'adressa directement à lui, faisant sourire la maîtresse du chat. L'exclamation suivante la fit encore agrandir son air joyeux:

" C'est lui le Roi, ici... Il a pas le temps d'être malheureux! Il mange parfois mieux que moi !

Laissant la jolie anglaise s'occuper un moment du chat, la jeune femme but un peu de thé, réfléchissant aux commentaires de Robyn. Elle lui faisait confiance sur le choix des morceaux. C'était vraiment gentil, et Romilly était heureuse que les morceaux que la soprane connaissait soient de ceux qu'elle appréciait beaucoup. Cela la soulageait et évitait aussi d'avoir à se creuser de nouveau la tête pour trouver des morceaux plus adéquats. Si ceux-là étaient bien, tant mieux! Elle espéra qu'ils plairaient aussi au Fantôme, le cas échéant.
Elle tourna et retourna la dernière phrase de Robyn dans sa tête. Elle connaissait peu de musiciens à l'Opéra personnellement. Elle pourrait peut-être voir du côté d'Elswyn, mais il n'était pas pianiste. Elle en fit la remarque:

" Il y a peu de pianistes autres que répétiteurs... Peut-être que si un musicien qui joue d'autre chose nous "plait", il serait plus facile de lui demander ce service. Qui connais-tu assez bien? Je ne suis pas très au fait de toutes les relations de l'Opéra, mais je peux peut-être parler à Monsieur Zmeskall. Il est ... peu sociable, peut-être, mais il peut accepter si on lui présente les choses comme il faut. Il est Violoniste et Altiste... Cela peut-être aussi bien qu'un piano... Voire plus ... émouvant. Or c'est ce que nous cherchons. Qu'en penses-tu?"

Elle reposa sa tasse, vide, et regarda Robyn. Tistou s'était levé et quémandait d'autres caresses tout en tentant de monter sur les genoux de la soprano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robyn Dowsett
~Soprano~
avatar

Nombre de messages : 41
Classe Sociale : Peuple
Emploi : Chanteuse soprano (Second Rôle)
Lieu de vie : Quartier de l'Opéra
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
600/2000  (600/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Jeu 9 Juil - 14:57

    Zmeskall ? Altiste ? Oui...elle se souvenait maintenant. C'était ce musicien si terne qui était venu dans sa loge après une de ses représentations il y a peu. La représentation qu'elle avait jouée avec La Carlotta. Elswyn Zmeskall. Ce si triste personnage qui, ce soir là, avait semblé un peu détaché et épris d'une colère amer. Robyn avait été ravie de lui porter un peu de réconfort, il lui avait fait tellement de peine qu'elle avait sentie en elle cette douce compassion naître peu à peu. Bref, la question n'était pas là. Romilly proposait clairement une collaboration avec lui, chose dont Robyn ne pouvait plus douter désormais. Elle était sûr qu'il serait apte à comprendre, ou du moins, qu'il les écouterait avec interêt. C'était un homme un peu en retrait, mais très censé et dôté d'une grande intelligence. Il saurait tendre l'oreille et faire preuve d'analyse.

    - C'est une idée parfaite. J'ai déjà croisé son chemin, figure toi. Je sais qu'il saura écouter ce que nous avons à lui dire et tu as l'air d'avoir eu la même impression que moi en voyant cet homme. Quelqu'un de réservé certe, mais avec une grande ouverture d'esprit.

    Tistou tentait en vain de monter sur les genoux de la soprane, qui, enfin, daigna lui porter attention. Elle l'attrapa délicatement dans ses bras, le posa avec douceur sur ses jambes et le caressa avec cette même tendresse. Elle s'excusa auprès de lui de ne pas l'avoir aider à grimper plus tôt, et gratta avec ses ongles rouges entre ses deux petites oreilles, chose qu'il sembla apprécier puisque, quelques secondes plus tard, il ronronnait déjà, se qui arracha un sourire à la demoiselle.

    - Monsieur désirerait-il un plateau garnit de gros poissons en plus de ça ?

    Un éclat de rire s'échappa de la poitrine de la jeune femme, qui, ensuite, revint au sujet initial.

    - Je pense qu'un violon peut être tout aussi enchanteur qu'un piano, si le musicien en question ne fait qu'un avec son instrument. Il nous faut un passioné, un artiste, un perfectionniste...quelqu'un qui ne jure que par la musique. Le fantôme n'aime pas les amateurs, les trompeurs et les beaux parleurs. Il lui faut de l'art, du vrai. Rien d'autre. Et même s'il ne vient pas, il faudra lui donner une musique parfaite, une musique qui lui fera clairement comprendre que nous ne trichons pas avec lui.

    Robyn marqua un temps d'arrêt afin de finir à son tour sa tasse de thé, qu'elle reposa sur la table.

    - Je crois, ma chère Romilly, que nous tenons là toutes les cartes entre nos mains. Prochaine chose à faire, parler à Elswyn Zmeskall. Ensuite, de longues heures de répétitions à ses côtés nous attendent...Répétitions qui devront êtres faites en dehors de l'Opéra, bien évidemment, pour ne point éveiller les soupçons. Autant prendre toutes les précautions nécessaires et éviter les obstacles qui pourraient se mettre en travers de notre plan.

    Faisant un clin d'oeil à sa complice, Robyn ramenna ses milliers de boucles autour de son cou, et déclara, comme pour terminer leur petit entretien secret...

    - Maintenant, prions pour notre réussite.

    Avec précaution, s'assurant que sa robe ne soit pas trop froissée et que Tistou ne soit pas trop perturbé par ses mouvements, la soprano se leva et se dirigea vers Romilly, se baissant délicatement pour déposer une bise sur son front.

    - Je m'en vais de ce pas. Merci pour ce délicieux thé. Nous nous reverrons très vite, sans aucun doute...tu n'auras qu'a m'envoyer un courrier si nous ne nous recroisons pas à l'Opéra d'ici là, pour me prévenir de quand exactement nous irons parler à Monsieur Zmeskall. En attendant...

    Robyn porta un doigt à sa bouche..

    - Pas un mot.

    Un dernier sourire, une porte ouverte, un claquement, puis des bruits lointains de talons.


Dernière édition par Robyn Dowsett le Lun 20 Juil - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilly Duval

avatar

Nombre de messages : 87
Classe Sociale : Bourgeoisie
Emploi : Second Rôle, Mezzo-soprano, à l'Opéra Garnier
Lieu de vie : Autres Quartiers
Présentation : Fiche

Les talents
Influence Sociale:
900/2000  (900/2000)
Redoutabilité en Duel:
200/2000  (200/2000)
Expérience Artistique:
1200/2000  (1200/2000)

MessageSujet: Re: De retour [suite]   Lun 13 Juil - 5:13

Romilly écoutait avec un petit sourire la jeune femme. Ainsi, elle connaissait Elswyn - dans des circonstances bizarres apparement. C’était bien – si les deux femmes avaient déjà eu des contacts, même rapides et fortuits, avec lui, cela ne semblerait ni étrange ni déplacé qu’elles s’adressent à lui. Personne n’irait chercher plus loin, surtout si elles étaient deux à lui parler en public. On les croiraient familiers ou amis, si ce n’est que collègues, et les rumeurs potentielles ne seraient guère un danger. Et puisqu’ils parleraient musique… Oui, Elswyn était un candidat parfait. Mais oseraient-elles lui parler du projet ? Et lui, qu’en penserait-il ? Accepterait-il ou les traiterait-ils de folles, d’hystériques ? Car ce danger-là restait, même si Robyn affirmait qu’il était très ouvert d’esprit.
Tistou semblait heureux sur les genoux de la mezzo. Et cette dernière lui rendait bien l’affection qu’il daignait lui montrer.
Très digne et professionnelle, Robyn revint à leur préoccupation rapidement : elle parla du musicien – exactement le même avis que Romilly-, puis résuma la situation. La mezzo lui sourit et acquiesça :

« Nous trouverons, pour les répétitions. Même à l’Opéra, nous aurions pu trouver une salle. Mais il est vrai qu’il faut mieux rester à l’extérieur. »

Avec un grand sourire, elle chuchota :

« Ca sera une surprise… Un cadeau pour le Fantôme. »

Elle ne prierait pas, cependant. Elle n’était pas des plus croyantes, et un reste de superstition lui soufflait de ne pas attirer l’attention, même de Là-Haut, sur leur projet. Mais elle ne dit rien.
Robyn délogea gentiment le chat de sa robe, et vint embrasser gentiment Romilly avec une dernière recommandation. Romilly promit une fois encore de tenir sa langue, et Robyn la quitta avant que la mezzo n'ait pu se lever pour la raccompagner. Se redressant dans son fauteuil, la second-rôle écouta le bruit de pas décroitre, et la porte qui s'ouvrait puis se refermait. Il était déjà presque quatorze heures. Le temps était passé si vite, presque trop. Heureusement que Robyn avait la tête sur les épaules, car malgré le fait que ça soit Romilly qui devait être à l'heure, c'était elle qui avait oublié le temps passé. Et tout cela, grâce au Fantôme. Savait-il seulement l'influence qu'il avait sur d'autres femmes que Christine? Une question se posa aussi, un peu idiote peut-être: faisait-il autant d'effets aux chanteurs qu'aux chanteuses? Intervenait-il aussi pour eux?
Seule dans l'appartement à l'exception du chat, Romilly sourit. Elle envisageait l'avenir avec optimiste. Elle commençait déjà à imaginer la manière dont elles pourraient contacter puis présenter la chose à l'altiste. Un sentiment de bien-être et de satisfaction la surprit: comment pourraient-elles échouer? Aide-toi et le ciel t'aidera. Très bien, c'est ce qu'elles faisaient.
La jeune femme se leva. Elle remit les tasses et récipients sur le plateau et ramena le tout à la cuisine. Elle passa un petit moment à faire la vaisselle en chantonnant les morceaux qu'elles avaient choisi. Ensuite, elle alla faire sa toilette et changer de robe. Elle prit aussi le temps de se recoiffer et de se remaquiller légèrement. Enfin, prenant les partitions dont elle avait besoin, elle quitta l'appartement, après avoir pris soin de laisser à manger à son Tistou, pour retourner à l'Opéra Garnier pour sa répétition. Ses yeux brillaient, ses gestes étaient vifs et assurés alors qu'elle marchait dans les rues. Pour un observateur extérieur, elle aurait paru amoureuse. Mais le secret qu'elle partageait avec l'anglaise était la seule cause de son visage totalement heureux. Elle fit pourtant attention à tempérer le masque de ses émotions en arrivant à proximité de l'opéra: nul ne devait se poser de questions, même mineures.
Elle arriva à l'heure - et un après-midi laborieux et épanouissant commença.

[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retour [suite]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De retour [suite]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saké (Zakariens) - REPORTAGE "Je suis de Retour"
» Joey Belladonna de retour dans Anthrax
» TOTO, le retour ...
» La Suite bergamasque ( Debussy )
» L'opéra-rock "La révolution française" de retour en 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phantom of the Opera :: Paris :: Autres Quartiers-
Sauter vers: